Accueil > Votations > Votation actuelle

Votations 2018

Dates de votations

Année 1. Trimestre 2. Trimestre 3. Trimestre 4. Trimestre
2018 04.03.2018 10.06.2018 23.09.2018 25.11.2018
2019 10.02.2019 19.05.2019 Election du conseil national 20.10.2019 24.11.2019
2020 09.02.2020 17.05.2020 27.09.2020 29.11.2020

Votation populaire du 23.09.2018

pro-velo.ch | Alliance - 2 x NON aux initiatives agricoles
pro-velo.ch | Alliance - 2 x NON aux initiatives agricoles

Objets

Source: admin.ch

  1. Arrêté fédéral du 13 mars 2018 concernant les voies cyclables et les chemins et sentiers pédestres (contre-projet direct à l'initiative populaire «Pour la promotion des voies cyclables et des chemins et sentiers pédestres [initiative vélo]»)
  2. Initiative populaire du 26 novembre 2015 «Pour des denrées alimentaires saines et produites dans des conditions équitables et écologiques (initiative pour des aliments équitables)»
  3. Initiative populaire du 30 mars 2016 «Pour la souveraineté alimentaire. L'agriculture nous concerne toutes et tous»

Articles séparés

Oui à la séparation des courants du trafic

Quelle agriculture pour la Suisse?

Paroles de l'UDF Suisse

Communiqué de presse

Prises de position de l'UDF Suisse pour les objets mis en votation le 23 septembre 2018

 

 

Réunie à Olten (SO), l’assemblée des délégués de l’UDF a décidé les recommandations de vote pour les objets mis en votation le 23 septembre 2018 ...

 

*****

 

OUI

à l’Arrêté fédéral concernant les voies cyclables et les chemins et sentiers pédestres

(OUI: 44; NON: 28; abstentions: 5
Orateur: Balthasar Glättli, conseiller national, verts ZH.

 

*****

 

 

NON

 

à l’Initiative populaire « Pour des denrées alimentaires saines et produites dans des conditions équitables et écologiques (initiative pour des aliments équitables) »

(OUI: 13; NON: 62; abstentions: 5)
Orateur pour: Balthasar Glättli, conseiller national, verts ZH. Orateur contre: Christa Markwalder, conseillère nationale, PLR BE.

 

*****

 

 

NON

 

à l’Initiative populaire « Pour la souveraineté alimentaire. L’agriculture nous concerne toutes et tous »

(OUI: 29; NON: 39; abstentions: )
Orateur pour: Mathias Stalder (coordinateur l’initiative). Orateur contre: Christa Markwalder, conseillère
nationale, PLR BE.

 

*****

 

Pour toute information complémentaire, veuillez-vous adresser à David Gysel, 071 420 92 64.

Votations fédérales du 23 septembre 2018 | Oui à la séparation des courants du trafic

Le 11 août, les délégués de l’UDF Suisse ont convenu que l’utilisation du vélo est une activité favorable à la santé humaine et à l’environnement. On doit néanmoins s’alarmer de la forte hausse du nombre de blessés graves parmi les utilisateurs de vélos électriques. La majorité des délégués considèrent que la votation sur les voies cyclables offre une occasion d’instaurer une meilleure séparation des courants du trafic et de promouvoir l’utilisation du vélo.


impulsion no. 4 | Septembre 2018

 

L’Initiative vélo a été retirée en faveur du contre-projet «Arrêté fédéral concernant les voies cyclables et les chemins et sentiers pédestres» qui sera soumis au vote populaire le 23 septembre. La Confédération devrait avoir les mêmes devoirs et compétences pour les voies cyclables que pour les chemins et sentiers pédestres. En même temps, le projet redéfinit légèrement ces devoirs et compétences. Les devoirs majeurs et les décisions concrètes sur de nouvelles constructions de voies cyclables incomberont toujours aux cantons et aux communes. La Confédération devra pouvoir coordonner et soutenir les démarches des cantons et dorénavant aussi de tiers. En plus, elle pourra informer sur les réseaux de voies cyclables et de sentiers pédestres.

Environnement, santé et séparation des courants du trafic

La mobilité et les activités de loisirs croissantes entraînent plus de conflits d’intérêts sur les routes, les sentiers pédestres et les voies cyclables. Ainsi, par exemple, le nombre de blessés graves parmi les utilisateurs de vélos électriques a passé de 144 personnes en 2013 à 224 en 2017. Il semble donc utile à la majorité des délégués UDF que la Confédération puisse contribuer dans une certaine mesure à l’amélioration des réseaux de voies cyclables. Il reste cependant un dilemme: la mobilité et l’industrie de loisirs croissantes, ainsi que les aménagements de trafic correspondants, se trouvent partiellement en contradiction avec l’éthique environnementale prônée partout. Ce dilemme ne sera guère supprimé par un acte politique.

David Gysel

<- retour

 

Quelle agriculture pour la Suisse?

Le peuple suisse votera le 23 septembre sur deux initiatives qui concernent l’agriculture. Que promettent-elles? Quel écho trouvent-elles dans l’UDF?

 

impulsion no. 4 | Septembre 2018

 

Les deux initiatives soumises au vote populaire le 23 septembre visent des buts similaires. La Suisse ferait – en cas d’acceptation des initiatives par le peuple et les cantons – quasiment un demi-tour par rapport à l’article constitutionnel 104a sur la sécurité alimentaire décidé par le même souverain en 2017. L’UDF avait plaidé contre cet article et l’Union suisse des paysans s’est montrée plus tard surprise et déçue quand le Conseil fédéral a annoncé que le chemin à suivre était celui contre lequel l’UDF avait mis en garde. Le gouvernement veut en effet renforcer l’échange économique international aussi pour l’agriculture.

Initiative pour des aliments équitables


Vous trouvez le texte de l’initiative sur les pages 28 et 29 du bulletin d’information officiel.


Les buts de l’initiative sont tout à fait justifiés. Un des points centraux est l’application de normes identiques aux produits importés et aux produits suisses. Certains buts sont néanmoins déjà décrits ailleurs dans la Constitution (art. 73, 74, 78, 79, 80, 101, 102, 104, 104a), dans la Loi sur l’agriculture (art. 1, 2, 7, 8, 11, 15, 17, 18) et encore dans la Loi sur la protection de l’environnement (art. 1, 2, 8, 26, 27, 28, 29, 29a). La majorité des délégués de l’UDF Suisse craint qu’une acceptation de l’initiative entraîne une bureaucratie plus lourde avec des contrôles et des démarches pour des autorisations de production ou d’importation. Cela provoquerait une hausse des prix et motiverait les consommateursà faire leurs achats au-delà des frontières helvétiques.

 

Markus Wäfler / David Gysel

<- retour