Détail de nouvelles

L'adoption du "mariage pour tous" n'est pas un laissez-passer pour l'expansion de la médecine reproductive et le non-respect de la liberté de conscience

Le 26 septembre 2021, le souverain s'est prononcé à environ 64 % des voix en faveur du "mariage pour tous" y compris le don de sperme.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Thoune, le 27 septembre 2021

 

Notre comité référendaire respecte la décision populaire et remercie toutes les citoyennes et tous les citoyens qui nous ont fait confiance et ont voté Non.

 

Le comité référendaire a pu mener une campagne bonne et efficace avec des moyens modestes. Au cours des dernières semaines, nos arguments ont reçu de plus en plus de soutien. Cela s'est également reflété dans les derniers sondages de la mi-septembre, selon lesquels le camp du Non a pu gagner beaucoup de terrain – tout à fait inhabituel pour des soit-disant modèles émanant des autorités. Nous avons réussi à orienter fortement les débats publics sur des questions relatives au bien-être de l'enfant. Au final, la part de Non lors de la votation populaire a été plus importante que ce que les sondages avaient prévu.

 

Malheureusement, nous n'avons pas réussi à obtenir une majorité populaire. Pour nous, la tendance sociale ne pouvait plus être corrigée. Les reportages de nombreux médias, qui pendant des années ont servi les intérêts du lobby LGBT en tant que bras prolongé, étaient à certains égards trop partiaux et avec parti pris. Les questions concernant le bien-être de l'enfant et le droit des enfants à grandir avec leurs parents biologiques ont été passées sous silence pendant trop longtemps.

 

L'association de soutien "Non au mariage pour tous", qui a porté le référendum et la campagne relative à la votation contre le "mariage pour tous", en tant que personne morale continuera d'exister après la votation du 26 septembre. Nous craignons que le mariage et la famille classique avec père et mère ne soient affaiblis et relativisés à l'avenir par de nouvelles motions politiques. Concrètement, nous considérons comme réalistes les exigences visant à remplacer le mariage par une soi-disant "communauté de responsabilité ou de cohabitation", avec laquelle plusieurs adultes peuvent également revendiquer des enfants qui ne sont pas leurs enfants biologiques.

 

L'adoption du "mariage pour tous" aura également pour effet concret de menacer la liberté de conscience des officiers de l'état civil et, dans un avenir proche, probablement aussi des pasteurs et prêtres des églises nationales. À l'avenir, ils pourront probablement être contraints de marier des couples de même sexe contre leurs convictions. Selon la "NZZ am Sonntag" de juillet 2021, des juristes concluent qu'au moins les églises reconnues par le droit public devraient marier les couples homosexuels. Cependant, il est important pour nous que la liberté de conscience soit préservée et que personne ne puisse être contraint de marier des couples de même sexe contre sa volonté et ses convictions.

 

Nous tenons pour réaliste, qu'à côté des couples de lesbiennes d'autres groupes aussi revendiqueront l'accès à la médecine reproductive. La maternité de substitution est susceptible de devenir tôt ou tard d'actualité. Une motion des vert' libéraux est déjà en attente au Parlement fédéral pour demander la légalisation du don d'ovules.

 

Cependant, la part considérable de Non devrait montrer clairement, que nous pouvons lutter efficacement contre des demandes de telle portée. Les partisans devraient faire profil bas à l'avenir s'ils veulent sérieusement rejeter l'accusation de tactique du salami.

 

Nous remercions tous nos supporters qui se sont investis corps et âme dans cette campagne. Nous resterons vigilants.

 

Pour plus d’informations: Marc Früh, ancien député au Grand Conseil BE, 079 673 08 16