Détail de nouvelles

Appliquer la norme pénale de manière mesurée et modérée

Communiqué de presse concernant le résultat du vote sur l'extension de la norme pénale contre le racisme en raison de l’orientation sexuelle

Le comité de vote «Non à cette loi de censure!» prend note de l'approbation par le souverain de l’extension du code pénal contre le racisme et accepte le référendum. Nous prenons au mot les partisans et insistons sur l’application mesurée et modérée promise afin que le code pénal ne dégénère pas en instrument politique contre les opinions impopulaires.

 

Notre engagement pour la liberté d'expression, de croyance, de conscience et de commerce a rencontré une grande résistance dès le départ. Des sections du lobby LGBT ont tenté à plusieurs reprises de reléguer le comité au «coin des homophobe» pour bloquer une discussion factuelle. Si cela n'a pas marché et si les électeurs suisses ont pu avoir une campagne de vote loyale, c’est grâce aux nombreux volontaires qui, par leur engagement actif, ont permis à la commission inter partis de mener une campagne de vote efficace et à la fois factuelle et équitable.

 

Nous sommes toujours convaincus que la loi sur la censure est un pas en arrière pour la société. La tendance politique à utiliser le droit pénal pour éduquer les citoyens à être plus tolérants est dévastatrice. Avec le nouveau code pénal, les minorités sexuelles ne peuvent plus se voir refuser des services destinés au grand public pour des raisons de conscience. Ces mêmes cercles qui réclament haut et fort leur tolérance excluent dans le même temps ceux qui pensent différemment et s'assurent qu'ils en subissent des préjudices économiques. L'exemple de la compagnie Läderach, boycottée par Swiss Airlines pour des raisons politiques, illustre parfaitement cette double morale.

 

Il est très déconcertant que les partisans veuillent marginaliser et supprimer les positions critiques du discours social avec leur mantra trompeur "La haine n'est pas une opinion". Compte tenu de l'équilibre inégal des pouvoirs - les partisans avaient d'énormes ressources financières et la plupart des partis se sont mobilisés pour un oui - le résultat du vote doit être considéré comme un succès qui montre que nos critiques ne doivent pas être ignorées lors de la mise en œuvre de la décision populaire.

 

Les partisans prétendent que la valeur de la liberté d'expression est très élevée et soulignent que le code pénal ne devrait être utilisé que rarement et dans des cas très extrêmes. Nous les prendrons au mot et ferons appel à la sensibilité des forces politiques ainsi que des tribunaux. En raison de l'extension de la norme pénale, les PME et les commerçants en particulier ne peuvent plus bénéficier d'une tutelle légale concernant leur liberté de choix et la liberté des entrepreneurs.

 

Comité de vote «Non à cette loi de censure!»