Détail de nouvelles

Allégations inacceptables contre le comité référendaire

Sujet: Référendum «Non à cette loi de censure!»

Le comité référendaire «Non à cette loi de censure!» se félicite du grand nombre de signatures collectées depuis la mi-mars 2019. M. Mathias Reynard, Conseillé national du PS, a déclaré aux médias qu’à Sion une personne a collec-té des signatures avec de faux arguments et ainsi triché. M. Reynard tire de ce cas isolé des allégations inacceptables, en qualifiant l’opposition d’«extrémiste» sur les réseaux sociaux et en l’accusant de «méthodes in-dignes». Cette intolérable diffamation des opposants à l’extension de la loi an-tiracisme est inacceptable et extrêmement indigne d’un Conseillé national.

 

Si des personnes collectent des signatures sous de faux prétextes, notre démocratie di-recte n’y perd rien. Si l’allégation est exacte, le comité référendaire s’en distancie officiel-lement. Cependant, le fait que le Conseillé national du PS abuse d’un tel incident pour trai-ner ses adversaires politiques dans la boue en laissant supposer que leur remontée dans la collecte des signatures soit due à des méthodes déloyales est une indécence difficile à battre. Une telle bravade est un poison pour la démocratie.

 

Le comité référendaire n’est au courant d’aucune autre manipulation et il va sans dire que nous ne voulons rien avoir à faire avec. il est malheureusement impossible d’exclure que de fausses collectes soient effectuées durant une collecte de signatures – tous les groupes ayant déjà lancé des référendum ou des initiatives sont assurément au courant. Heureusement dans de tels cas, les citoyens sont suffisamment adultes pour réagir en signalant les abus.

 

Malheureusement, les attaques de M. Reynard donnent un avant-goût de ce qui risque d’être une campagne de votation très émotionnelle. Au lieu d’un débat objectif, les oppo-sants sont attaqués sur le plan personnel. Il est d’ores et déjà clair que les partisans du référendum contre la loi de censure sont présentés comme des harceleurs homophobes simplement parce qu’ils veulent défendre la liberté d’expression et d’opinion. Nous invitons M. Reynard et ses collègues à revenir à la politique et à éviter les polémiques dans un esprit de décence et de respect.

 

Le comité référendaire communiquera dans le courant de la semaine prochaine si le référendum contre l’extension de la loi antiracisme (loi de censure) a abouti.

 

Comité référendaire «Non à cette loi de censure!»