UDF Suisse

Initiatives et réferendums populaires soutenues par l'UDF

Référendum contre la modification de la loi sur la procréation médicalement assistée (LPMA)

Plus de détails

Non au diagnostic préimplantoire !

De quoi s’agit-il dans la loi révisée sur la procréation médicalement assistée?

La technique médicale permet aujourd’hui de faire le dépistage de maladies héréditaires et génétiques sur les embryons produits par fécondation artificielle. Cette méthode d’analyse s’appelle «diagnostic préimplantatoire» (DPI).

Le Conseil fédéral a recommandé au Parlement d’autoriser cette nouvelle technologie, mais seulement pour des couples atteints par une grave maladie héréditaire. Cela ferait de 50 à 100 analyses par an.

Le parlement n’a pas écouté le Conseil fédéral. Il a décidé une solution allant beaucoup trop loin. Au lieu de se concentrer sur les graves maladies héréditaires, ce sont alors tous les 6000 couples (et plus) qui, chaque année, pourraient faire examiner leurs embryons fécondés in vitro selon toutes sortes de critères et les faire détruire s’ils ne leur conviennent pas.

Que pouvez-vous faire contre cette chimère de l’être humain parfait?

Les présidents du PS et de l’UDC ont déclaré, lors de l’émission télévisée «Arena» du 2 octobre 2015:

«À mon avis, cette loi dépasse les limites!» (Christian Levrat)

«Le Parlement l’a poussée un peu loin!» (Toni Brunner)

Donc, dites vous aussi NON à cette loi extrême sur la procréation médicalement assistée:

  • Vous veillerez ainsi à ce que le Parlement en revienne au projet modéré du Conseil fédéral!
  • Les embryons ne seraient alors examinés qu’en cas de soupçon quant à une grave maladie héréditaire!
  • Un usage abusif de la nouvelle technologie du DPI, ainsi que la chimère de l’être humain parfait, seraient ainsi empêchés!

Quelles sont les conséquences de cette loi extrême?

Avec le projet excessif et extrême du Parlement, sur lequel nous voterons le 5 juin, des dizaines de milliers d’embryons peuvent être testés massivement pour voir s’ils conviennent ou non – indépendamment de la présence ou non du danger de grave maladie héréditaire. Conséquences:

  • Des dizaines d’embryons ne seraient produits que pour être départagés selon qu’il seraient «dignes de vivre» ou «indignes de vivre»
  • Si un embryon ne convient pas, il pourrait tout de go être détruit ou utilisé pour la recherche
  • De cauchemar, la chimère de l’être humain parfait deviendrait ainsi réalité
  • Les parents subiraient alors une énorme pression: ne plus mettre au monde que des enfants «parfaits»

Il ne faut pas!

Pour ces raisons, NON à la loi sur la procréation médicalement assistée:

  • Pas de rejet automatique de dizaines de milliers d’embryons seulement parce qu’ils ne passent pas avec succès un «test de normalité»
  • Pas d’analyses d’embryons sans soupçon de graves maladies héréditaires
  • Pas de contrôles qualité sur les embryons; cela conduirait à la chimère de l’être humain parfait
  • Pas de loi extrême, alors que le Conseil fédéral tenait prête une bien meilleure solution

La loi va bien trop loin! Donc: NON!

 

Source: stop-au-dpi.ch

Initiative populaire "Protection contre la sexualisation à l'école maternelle et à l'école primaire"

L'UDF s'engage pour que l'éducation sexuelle relève avant tout de la responsabilité des parents. L'initiative dite "de protection" vise à inscrire ce principe dans la Constitution et à garantir que l'éducation sexuelle proposée par l'école soit facultative. C'est pourquoi l'UDF soutient cette initiative.

 

Site Internet de l'initiative


Initiative populaire "Pour le couple et la famille"

L'UDF considère que le mariage entre un homme et une femme est une union durable garante de stabilité de la société. En ce sens, les personnes mariées ne doivent pas être désavantagées financièrement ou fiscalement par rapport à d'autres modes de vie. Le fait de mettre les personnes mariées sur pied d'égalité par rapport aux concubins démontrera également l'attachement de notre pays à l'institution du mariage.

 

Site Internet de l'initiative


Initiative populaire "Aider les familles !"

Pour l'UDF, il importe de mener une politique familiale plus active. Une des possibilités est d'accorder des déductions fiscales aux parents qui souhaitent réduire leur activité professionnelle pour s'occuper de leurs enfants. L'initiative proposée va par ailleurs dans le même sens que le programme d'action de l'UDF Suisse.


Initiative populaire "Contre l'immigration de masse"

L'UDF constate que l'immigration massive de ces dernières années a créé d'importants problèmes d'infrastructures, notamment en termes de logements. Il importe par conséquent que la Suisse puisse mieux réguler le nombre de personnes qui viennent s'établir dans notre pays.


Initiative populaire "Financer l'avortement est une affaire privée"

Les avortements ne sont pas une maladie! Cette initiative populaire veut donc que les coûts liés à l'avortement soient rayés de la liste des prestations de l'assurance obligatoire. Les avantages sont évidents :

  • Les coûts directs et indirects de la santé sont réduits.
  • La responsabilité individuelle des assurés est renforcée : quiconque envisage la possibilité d'un avortement peut conclure une assurance complémentaire facultative ou payer directement les coûts de l'intervention.
  • Cette initiative garantit que l'assurance-maladie obligatoire serve en premier lieu à sauver des vies et à guérir, mais non pas à détruire des vies.
  • Cette initiative fait qu'il n'y aura plus, de la part de l'assurance-maladie, d'incitation financière en faveur des avortements. Le nombre des avortements s'en trouvera réduit.

Argumentaire (PDF - download)


Initiative pour les familles : déductions fiscales aussi pour les parents qui gardent eux-mêmes leurs enfants

L'initiative pour les familles a les objectifs suivants :

  • allègements fiscaux pour toutes les familles avec enfants ;
  • pas de discrimination des parents qui gardent eux-mêmes leurs enfants ;
  • libre choix et responsabilité individuelle des familles dans l'éducation des enfants ;
  • non à l‘étatisation des familles avec enfants ;
  • non à la mise sous tutelle des parents.