UDF Suisse

Pour la vie

Introduction

L’UDF s’engage pour le respect et la dignité de la vie. Elle se met entièrement à son service. Chaque vie est précieuse et doit être protégée, depuis sa conception jusqu’à sa mort naturelle. Les développements sociétaux actuels s’y opposent de plus en plus :

L‘avortement

En Suisse, la pratique actuelle de l’avortement coûte la vie à plus de 10‘000 enfants par année. Ce nombre doit être réduit à tout prix, car il est inconcevable que la matrice puisse être l’endroit le plus dangereux pour nos enfants! Notre société actuelle n’admet pas d’interdiction générale de l’avortement. Par conséquent, il nous faut des contremesures, comme par exemple une politique familiale axée sur le bien des enfants. Lors de consultations d’interruption de grossesse, la possibilité d’une adoption doit être recommandée avec bien plus de sérieux.

Le DPI

Le diagnostic préimplantatoire (DPI) est en voie de légalisation. Grâce àl’examen génétique de l’embryon, la sélection entre une vie « digne » et une vie « indigne » peut être arbitrairement définie. Il faut éviter cette catégorisation à tout prix. Tout être humain, même celui qui ne serait pas parfait, a droit à la vie et à une place dans notre société.

L‘euthanasie

Malheureusement, notre Suisse est devenue la Mecque européenne du tourisme de la Mort ou de l’Euthanasie. L’expression « se rendre en Suisse » est, hélas, devenue un euphémisme, un synonyme pour ‘sesuicider’. L’aide au suicide risque de se développer en un outil de pression sociale : dès que le coût de la santé dépasserait un certain niveau, lesuicide pourrait être imposé à l’individu malade. L’UDF encourage lesalternatives à l’euthanasie, telles que les soins palliatifs.